EN CONSTRUCTION
 

Partagez | 
 

 Caleb Blakemore, Police Chief.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb Blakemore
CHEF DE LA POLICE

avatar

Messages : 197
Date d'inscription : 09/11/2011

DOSSIER
AGE: 51 ans
SURNOM: The Shark
SITUATION: Marié à Savanah Blakemore

MessageSujet: Caleb Blakemore, Police Chief.   10th Novembre 2011, 11:52



Identitaire:

    * NOM: BLAKEMORE

    * PRÉNOM: Georges Caleb

    * SURNOM: The Shark


    * GROUPE: LAPD


    * ÂGE: 51 ans

    * LIEU ET DATE DE NAISSANCE: 16 juin 1960, à York, Yorkshire du Nord, Angleterre.

    * NATIONALITE: Britannique

    * ETAT CIVIL: Marié à Savanah Blakemore née Keenan


    * METIER: Chef de la Police de Los Angeles

    * GRADE: Chef

    * SPÉCIALISATION: Commandement et logistique.


Personna:

    * DESCRITPION:
    * PHYSIQUE:
    Caleb en impose par sa prestance, grande taille (1m88), une silhouette sec, un visage marqué et souvent fermé, il ne donne pas envie d’être emmerder. Il a une classe toute britannique, personne ne peut avoir de doute sur ses origines.

    Ce n’est pas parce qu’il paraîtrait presque rachitique qu’on peut le casser en deux d’un seul coup. Loin de là même, l’avantage de cette apparence est que justement, on ne s’attend pas à ce qu’il fasse mal.

    Pourtant, il prend à cœur d’entretenir son corps. Par de l’exercice quotidien, après tout, en étant un flic, il est bien obligé de se maintenir en forme. Et son corps est au final parfaitement sculpté. Les muscles ne sont pas saillants, mais parfaitement en place là où il faut. Il ne tient de toute façon pas à s’imposer comme une montagne de glace. Il n’y voit aucun intérêt.

    Ses yeux sont d’un brun profond, quasiment noir, surtout quand il est de mauvaise humeur et c’est ce regard qui permet de lui valoir le respect de beaucoup de ses hommes. Il met le plus souvent les gens mal à l’aise, semblant les juger du premier regard. Et quand son impression est faite, il est fort difficile de s’en défaire. Il tente pourtant d’avoir, en public, un air avenant et agréable, il est important qu’il passe pour un homme intéressé et humain.

    Vu son âge, qui commence à être « avancé » nous en conviendront, ses cheveux qui était à une époque aussi brun sombre que ses yeux, commencent gentiment à prendre une teinte grise, voir blanche par endroit. Ce qui rajoute du charme à l’ensemble. Grand patron du LAPD, il se doit d’être propre sur lui et donc rasé de près. Mais il lui arrive pourtant de se laisser pousser la moustache, le bouc ou la barbe. Laissant, là aussi, paraître quelques tâches grises/blanches.

    Sa démarche est parfois boitante, son corps ne s’est jamais vraiment remis d’un grave accident qui l’envoya de longs mois en réadaptation physique. Sur son corps, sous les habits, quelques cicatrices, souvenir de cette chute, parsèment encore sa peau.

    Sa position, lui demande d’être habillé le plus classe possible. C’est un adepte des costumes trois pièces. En soirée, il opte pour la queue de pie noire et le nœud papillon blanc. Tout ce qui montre au reste du monde qu’il a une situation et qu’il ne s’en cache pas. Il lui arrive aussi, pourtant, en-dehors de son travail, de changer de code vestimentaire, gardant toujours quand même une certaine prestance, mais il peut voir à porter des habits que l’on qualifiera de plus « cool » et si cela peut parfois incommoder sa compagne, il ne s’en privera pas.



    * CARACTÈRE:
    Caleb est un enfoiré. Il le sait bien depuis le temps et ne s’en cache plus. Ou en tous les cas, à accepter cet aspect de sa personnalité et s’en accommode. Il faut bien savoir planter des couteaux dans le dos, quand on veut quelque chose. Et parfois, notre ami ne s’en est pas privé. Son ambition n’a d’égal que son manque de remord, pour sucré la partie à quelqu’un, sans lui laisser le temps de se retourner. C’est ainsi que les grands hommes ont réussi. Pourquoi pas lui ? Il ne sera heureux qu’arrivé au plus haut point de sa carrière.

    Malgré le fait qu’on puisse lui reprocher d’être un arriviste de première, un calculateur peu scrupuleux, prêt à tout pour arriver à ses fins, personne ne peut contester son professionnalisme. Car si Caleb en est là où il est aujourd’hui, c’est aussi grâce à son travail et au dévouement qu’il a su mettre dedans. Manipuler les esprits pour les faire aller dans son sens est une chose, mais il faut être aussi totalement capable de suivre ensuite et il n’a jamais déçu personne à ce niveau (mis à part peut-être sa femme.. mais le privé ne compte pas.)

    D’ailleurs, en parlant de sa vie privée, l’homme se montre un peu plus secret, il ne parle pas aussi facilement que cela de sa vie de couple, de ce qui lui tient à cœur. Tout ce qui ne touche pas au domaine de son travail est un mystère pour beaucoup. Et c’est mieux ainsi. Dans le cercle des intimes, Caleb se montre moins agréable, moins avenant que devant les caméras. Il n’a plus de rôle à jouer, il peut laisser tomber un peu la pression. Quand sa femme commence à venir trop chercher la petite bête, il se montre sarcastique, ironique. Mais patient, son flegme anglais ne l’a jamais trahi, mais Savanah sait toucher les cordes qui peuvent le mettre en colère. Il n’y a qu’elle d’ailleurs, qui le rend ainsi. Ce n’est guère un mari fidèle et aimant, il a des maîtresses et se montre fort peu romantique avec sa moitié. Pourtant, dans les rares occasions de corps à corps, on peut ressentir toute la possessivité qu’il éprouve à son égard. L’amour est enfui bien profondément, mais est présent, malgré tout.

    Son franc parlé peut parfois choqué, mais il s’en moque. Lui n’a pas peur de dire les choses et ce n’est pas demain la veille que tout cela changera. Ca ne l’empêche pourtant pas d’user d’hypocrisie et de faux-semblants quand la situation le demande. Un vrai caméléon.

    Loyal envers ceux qu’il respecte, rancunier comme rarement contre ceux qui l’on déçu, mieux vaut se faire un ami de cet homme…



    * SIGNE PARTICULIER:

    - A sa main gauche, sur le petit doigt, une chevalière, avec des initiales gravées dessus, qui ne le quitte jamais.
    - Il doit porter des lunettes pour lire.
    - C’est un grand fumeur, il apprécie particulièrement les cigarettes qu’il roule lui-même, mais il ne rechigne pas contre une cigarette offerte. De toutes les façons, ses deux paquets par jour y passe, inlassablement.


Archive:

    * HISTOIRE:
    Croyez-vous que sa date de naissance à avoir avec ce qu’il est devenu ? Parfois, certains se le demande. Surtout les siens, sa famille. Mais qu’importe, si sa date de naissance contient le chiffre du diable, l’homme l’a toujours vu comme une bonne chose. Le promettant ainsi à un grand destin. Et aux vues de son histoire, il n’avait assurément pas tord.

    Pourtant, elle n’a pas commencé si facilement, Caleb ne vient pas d’une grande famille d’aristocrate anglais, ou le fils d’un milliardaire possédant une multinationale. Non, ses parents étaient on ne peut plus commun. Bien qu’il soit né en Angleterre, la famille Blakemore déménagea bien vite du côté de l’Amérique. Le père ayant perdu son travail à cause de la délocalisation, ils décidèrent, d’un commun accord avec son épouse, de prendre le bébé et d’aller voir si le rêve Américain pouvait aussi leur convenir.

    L’idée n’était pas si mauvaise que cela, mais les travails trouvés par les deux parents, ne permettaient que de vivre à peu près convenablement. La famille s’était installée dans un quartier qui craignait pas mal quand même. L.A ne ressemblait assurément pas à ce que l’on pouvait voir dans les films, Hollywood, tout ça, c’était pour les riches. Eux, devait se contenter d’un appartement miteux. La guerre des gangs faisait rage dans la rue, il était dangereux d’aller jouer dehors. Caleb se souvient encore qu’après les cours, il devait rapidement rentrer chez lui, pour ne pas risquer de se faire prendre au milieu d’une rixe.

    A l’école, rien n’était facile, bien qu’il ait commencé sa scolarité en Amérique, quand on était une minorité de blancs, on devenait rapidement les souffre-douleurs des autres. De quoi développer chez notre jeune homme, quelques mauvaises habitudes. Si au début, il se laissait marcher sur les pieds, il changea du jour au lendemain, pour devenir un gamin au sang chaud. Près à entrer dans toutes les bagarres pour remettre ces petites frappes à l’ordre. La famille avait vécu un drame, alors que son père rentrait du travail, il fût frappé par balle à la poitrine, dommage civil collatéral d’une vengeance d’un gang contre un autre. Il ne fût d’ailleurs, pas le seul civil qui périt ce jour-là. La rancune n’appartenait pas qu’à ces criminels, Caleb était lui aussi prit à leur faire à tous mordre la poussière.

    A 16 ans, il quitta l’école, pour tenter de trouver des petits boulots à droite et gauche, afin d’aider sa mère à faire vivre le foyer. Elle avait fini par se caser avec un autre homme, un enfoiré qu’il ne supportait guère. Ou tout simplement parce qu’il n’était pas son père et pensait pouvoir le remplacer. La violence dans le quartier n’avait pas baissée depuis tout ce temps, il sentait ce besoin de jouer aux justiciers et surtout… de sortir de cet endroit. Il fallait trouver un boulot qui payait bien, sans pour autant se maquer avec tous ces criminels. Il termina sur les bancs de l’académie de police. Porter une arme et un uniforme, apportait un certain respect, qu’il apprécia bien rapidement. Enfin, il était prit au sérieux.

    Se montrant un élève assidu, il obtint facilement son insigne et partit à la chasse aux méchants à travers les rues de la ville. Certes, la paye était pourrie, les horaires on ne peut plus foireux, mais il avait pu quitter l’appartement de sa mère et changer de quartier. C’était déjà pas mal, pourtant, il aspirait à mieux. Il ne resterait pas avec l’uniforme toute sa vie, il se voyait déjà à la crim’, inspecteur, en civil. La classe. Mais pour cela, il était important de se faire remarquer… chose qu’il prenait parfois d’ailleurs trop à cœur. Lors d’une course poursuite, il prit le risque de trop, la voiture s’encastra dans un poteau, après quelques tonneaux. Miraculeusement, il s’en sorti, pas indemne, mais l’important était qu’il était bien vivant. Après quelques temps de rééducation, il reprit son travail.

    Bien entendu, vu ce qu’il avait fait, on le mit à la circulation et ce genre de trucs fort peu intéressant à ses yeux. Il devait acquérir à nouveau la confiance de ses supérieurs, pour avoir droit un jour, à la promotion tant attendue. Mais ce fût à force de faire le pigiste sur les scènes de crimes, qu’il fit la rencontre qui changea sa vie. Une jeune femme, journaliste, tentait tant bien que mal de passer sous le cordon de sécurité, pour pouvoir approcher le corps et les inspecteurs qui étaient sur place, afin de faire l’article du siècle. Caleb quand à lui, se montrait intraitable et la repoussait toujours aussi vivement. Ce qui ne manqua pas de se faire charrier par la demoiselle de façon fort peu agréable. Il se montrait pourtant froid et inatteignable, mettant ainsi en place le flegme dont il saura user parfaitement par la suite. Elle n’avait droit qu’à son regard noir emplit de mépris. Il ne supportait guère les journalistes. Tous des parasites. Elle avait finalement lâché le morceau et s’en était allée, alors que le corps était embarqué.

    Son binôme lui fit remarquer qu’il avait eu du cran de tenir tête à une nana pareille. Le jeune flic haussa les épaules, en répondant qu’il ne voyait pas pourquoi. Mais quand il apprit le nom de la demoiselle, il comprit. Alors ainsi, il venait de faire face à l’héritière de l’empire Keenan ? Bon, il ne lui avait assurément pas fait une excellente impression, mais il était prêt à aller se faire pardonner. Quelques jours plus tard, il l’attendait à la sortie des cours. L’avantage d’être flic, c’était bien le fait de pouvoir retrouver n’importe qui ? N’est-ce pas ?

    Si au départ, il avait décidé de l’approcher par pur intérêt, comprenant bien qu’une nana pareille, c’était la chance de sa vie. Il s’y attacha finalement réellement. La demande en mariage avait été honnête, pensée, réfléchie. Il l’aimait sincèrement. Même s’il n’oubliait pas tout ce que cela allait lui rapporter. Il sentait pourtant que son beau-père n’était guère emballé par tout cela, il fallait donc montrer qu’ils pouvaient être alliés tous les deux et c’est bien ce qu’il fit. Montrant que si lui, l’aidait à atteindre ses buts, il ferait de même en retour. C’est ainsi qu’il monta gentiment les échelons de la hiérarchie, se montrant être, au final, un bon inspecteur, il mit fin à quelques dossiers épineux avec une certaine habilité. Mais si sur le plan professionnel tout allait dans le bon sens, il en était autrement côté cœur… sa relation avec Savanah ne faisait qu’empirer. Elle lui en voulait pour beaucoup de chose et lui… finalement… était désolé pour elle, mais ne comptait guère changer. A ses yeux, pour des gens comme elle, la vie était facile, tout lui était tombé tout cuit dans la bouche depuis qu’elle était gamine, elle ne pouvait guère comprendre à quel point c’était important pour lui de tenir à sa place dans la société et de se battre pour la garder.

    S’il avait le père Keenan finalement dans la poche – ou en tous les cas, une entente à peu près courtoise - , ce n’était guère le cas de la mère, qui montait encore et toujours sa fille contre lui. Pas étonnant pour une belle-mère me direz-vous. Mais une descente changea la donne. Alors qu’ils entraient, arme au poing, dans un bar tenu par un ponte d’une organisation, ils tombèrent sur la mère Keenan, en fâcheuse position. Ce fût avec un petit sourire amusé qu’il s’occupa de son cas. Heureusement pour elle, Caleb avait assez de persuasion pour convaincre ses équipiers de ne pas parler d’elle dans leur rapport. Afin que son intégrité reste intacte. Depuis, elle lui en doit une et ne manque plus de tarir d’éloge à son sujet. La vie est bien faite parfois…

    Blakemore atteignit finalement l’apothéose de sa carrière de flic, quand il obtint les galons de Chef. On aurait pu alors penser qu’il calmerait son ambition, mais ce n’était qu’une étape de plus. Il brigue le poste de procureur général et fera tout ce qui est en son pouvoir pour l’avoir. C’est entre autre pour cela qu’il a décidé d’ouvrir ce precinct et d’y muter la plupart des bons éléments de la ville. Puisque ces quartiers sont les plus défavorisés, il est important de les valoriser à nouveau. Il sait que tout le monde l’attend au tournant avec cette histoire, mais il est prêt à aller se salir les mains lui-même en allant bosser parfois là-bas, afin de prouver à tous, que la sécurité dans cette ville et sa priorité absolue.

    * FAIT NOTABLE:
    > Année 1980 : 20 ans - Termine l’académie de police avec mention.
    > Année 1986 : 26 ans - Devient Inspecteur aux Mœurs.
    > Année 1990 : 30 ans - Muté aux Stup’
    > Année 1995 : 35 ans - Rejoint la Brigade anti-gang.
    > Année 1998 : 38 ans - Obtient le grade de Capitaine.
    > Année 2009 : 49 ans - Devient le nouveau Chef de la police de Los Angeles.


À vous:

    * ÂGE: 25 ans

    * COMMENT NOUS AVEZ-VOUS TROUVÉ? Facile quand on est l’admin.

    * FRÉQUENCE DE JEU: Tous les jours, tant que l’inspiration et la motivation sont là.
    * PERSONNALITÉ DE L'AVATAR: JEREMY IRONS


Finalement:

    Avez-vous lu le règlement & contexte du Forum? Absolument pas.

    Un dernier mot? Ma femme me prend la tête....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CENTRAL
ADMIN - MJ

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 06/11/2011

MessageSujet: Re: Caleb Blakemore, Police Chief.   10th Novembre 2011, 12:01

Un homme à l'ambition presque démesurée... mais tant que la sécurité des citoyens est votre priorité, on ne vous en voudra pas.


_________________
Protect & Serve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theshield.forumgratuit.ch
 
Caleb Blakemore, Police Chief.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Italian police probe Vatican bank officials
» Wouyyyyy Mouvement étudiants: Après le haut ton, c'est le bâ-ton dit la police
» Entre l'autorité jucidiaire et Police judiciaire
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Mario Andresol parle de la 18e promotion de police

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Shield :: ADMINISTRATION :: INCORPORATION :: VALIDES-
Sauter vers: